La Société Ouverte

Il existe un constat unanime : nos sociétés sont en crises. La finitude de notre monde et de ses ressources, notre modèle social inégalitaire, nos politiques à bout de souffle…

Mais ce qui me touche particulièrement, c’est notre incapacité à réagir. La dépolitisation générale de la société empêcherait-elle l’émergence d’une contestation ?
Au milieu du XXè siècle, les Écoles d’art étaient les foyers de l’insurrection. Comment la situation a pu changer à tel point que le politique ne pénètre plus jamais l’enseignement artistique ? Et que la désobéissance ne soit jamais une composante de notre réflexion ?

Dans ce mémoire, je propose de voir en quoi la société numérique et la nouvelle éthique qu’elle développe peuvent être les vecteurs à la fois d’une contestation et d’une repolitisation et apporter l’opportunité de formuler des solutions aux impasses de notre société.

Je questionne aussi la perméabilité de l’École à ce phénomène. Pourquoi les enseignants, voire même les étudiants, sont-ils si réticents à traiter la matière numérique dans sa complexité ? S’agit-il d’une ignorance ou bien d’un refus conscient?


Mémoire dirigé par Remy Bourganel et soutenu en juin 2014.
Mention Très Bien.